De l’importance d’être parano

Attraper un virus sur son ordi, c’est ballot : on perd toutes ses photos de chat, on doit reformater sa machine… Bref, encore un week-end de foutu !

Mais est-ce qu’on est plus vigilant quand il s’agit du système informatique de son entreprise chérie ?

TPE et PME dans la ligne de mire

Car il n’est pas besoin d’être la Banque centrale du Bangladesh ni Yahoo pour être victime d’une petite intrusion malveillante. Un tiers des cyberattaques visent des PME. Ce qui donne, en Europe, 80 % des entreprises qui reconnaissent avoir subi au moins un cyber incident en 2015.

Est-ce que vous faites partie des 65 % des entreprises qui prévoient d’augmenter leur budget cybersécurité ? Ou bien est-ce déjà fait ?

Antivirus, firewall, mots de passe… Eh, on n’est pas à la maison, là. Encore un petit effort !

Piratage en cours…

D’ailleurs, l’intrusion peut déjà avoir eu lieu : Il se passe en moyenne plus d’un an entre l’intrusion par un malware (« logiciel malveillant ») et sa découverte par l’entreprise. C’est flippant, non ? Et on aura beau avoir la meilleure défense, le danger vient parfois de l’intérieur (une clef USB piégée, un salarié malintentionné). Il faut admettre qu’on y passera tous, mais la question est : est-ce qu’on s’en sortira sans perdre un bras… ou la tête, comme Target, qui a gentiment licencié son P.-D.G. après une cyberattaque ?

Ce qu’il faut faire pour adopter la « parano attitude » :

  • prévoir un budget sécurité ;
  • se reconstruire une structure en béton armé, tant qu’il est temps ;
  • anticiper la destruction de données en faisant des sauvegardes régulières ;
  • chiffrer les données sensibles pour les rendre inutilisables par un tiers ;
  • s’assurer sur les frais engagés après l’attaque, parce que les réparations, ça coûte cher !

Dites-vous que vous n’êtes pas exactement les seuls dans ce cas-là : 100 % des entreprises françaises sont équipées en informatique et en Internet. Faites-vous partie de celles qui sont parées à l’éventualité d’un accident ?

Laisser un commentaire