Ma blanquette, ma bataille (il faut pas qu’elle s’en aille)

« Avec Uber et tout ça, on va tous finir par déjeuner de barres chocolatées devant nos ordis. » Cette prophétie, ô combien angoissante au pays de la bouffe sacrée, est-elle en passe de se réaliser ? Nous contenterons-nous bientôt d’avaler des sandwiches détrempés au-dessus de nos claviers pour satisfaire aux dieux de la productivité… Pas si sûr !

Le spectre du startupeur américain

65%. C’est le nombre de salariés américains qui déclarent déjeuner sans cesser de travailler. Là-bas, on appelle ça le « desktop lunch ». À l’heure de la syliconisation de l’entreprise, on est en droit de s’inquiéter, nous aussi… Une étude d’ OfficeTeam révèle d’ailleurs que 7 salariés français sur 10 déjeunent sur leur lieu de travail et 29% d’entre eux à leur poste de travail. Mais pas d’affolement…

Le code du travail

Il impose une pause (une vraie) de 20 minutes pour 6 heures travaillées. Dans les faits, ces temps sont encadrés par des conventions collectives et leur durée varie de 30 minutes à 2 heures. À plus de 25 salariés, l’employeur français est même tenu de prévoir un emplacement adapté pour que les salariés se restaurent.

… la vérité

Les Américains n’ont de tout temps jamais eu une grande culture de la pause dèj’, alors que nous si (#commentestvotreblanquette). Si l’on peut s’inquiéter du bol alimentaire du stagioss de la startup parisienne survoltée, il faut se souvenir qu’il n’est pas représentatif de l’ensemble du salariat français. Selon une étude commandée par Ticket restaurant, les Français sont ceux qui ont la plus grande pause déjeuner, 77 % y consacrent plus de 30 minutes. Ils sont 76 % à aller au resto au moins une fois par semaine et, comme leurs critères de choix sont basés sur la fraîcheur et la qualité, 59 % apportent leur tup de fait maison.

Bien sûr, on peut s’inquiéter de cette tendance… Mais les chiffres actuels tendent à prouver qu’il s’agit plus d’un effet de mode et qu’il n’est pas né celui qui fera définitivement renoncer le travailleur français à sa pause déjeuner.

Laisser un commentaire