Vous pouvez me faire ça pour quand ?

Évaluer la durée d’une mission est un des grands challenges de l’entrepreneur. En théorie, ça pourrait être simple. Quelques multiplications, une ou deux divisions, on soustrait les congés éventuels… et hop ! Sauf que nous ne sommes pas des robots.

Les spécialistes ont identifié 5 lois qui régissent notre temps pro, 5 ennemis qui se dressent implacables et cruels sur la route d’une deadline idéale.

La loi de Parkinson

Tout travail tend à prendre toute la place (en temps et en personnel) qu’on est prêt à lui accorder.
Vous l’avez sûrement constaté. Il vous faut objectivement 2 heures pour accomplir une tache x, mais on vous en a accordé 3. La solution côté client et management est souvent de mentir (#vilain) sur ses besoins réels. Parce que derrière Parkinson se cache sûrement…

La loi de Murphy

Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal.

C’est la fameuse loi de la tartine qui tombe toujours du mauvais côté. Appliqué au travail, ça veut dire qu’il va y avoir des pépins, pépins qui vont inévitablement repousser l’achèvement du travail. De toutes façons, même sans problème, il y a…

La loi de Hofstadter

Les choses prennent plus de temps que prévu, même en tenant compte de la Loi de Hofstadter.

D’où l’intérêt de (se) mentir sur la deadline.

Cela dit, il faut aussi considérer la nature de la tâche, sa difficulté et son ampleur. Parce que là, tapie au fond du tableau excel sommeille…

La loi d’Illitch

Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine décroît, voire devient négative.
C’est cette loi qui justifie la pause, le besoin de s’aérer les neurones avec autre chose et de diviser le travail. Enfin pas trop, parce qu’il ne faut pas oublier…

La loi de Carlson

Un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois.
Ben oui, si on doit s’y remettre à chaque fois ! C’est courir de risque de tomber sous le joug de…

La loi de Laborit

On fait naturellement en premier ce qui nous fait le plus plaisir.
Ça équivaut dans le cas d’un projet qui dure longtemps, à manger les frites pendant qu’elles sont chaudes et croustillantes et à se retrouver à la fin du repas avec cette grosse tranche foie de de veau froide dont la sauce a figé.

Redisons-le, nous ne sommes pas des robots. Mais nous ne sommes pas non plus des marionnettes condamnées à rejouer, impuissantes, les statistiques. Si ?

Laisser un commentaire