Fondateurs de startups, les jeunes veulent bosser avec vous

En partenariat avec Maddyness, JobTeaser.com a voulu chiffrer l’engouement des jeunes, étudiants et jeunes actifs, pour les startups. Et il est réel.

C’est un fait. Le jeune, cet écervelé, ne veut plus devenir fonctionnaire, ni reprendre la succession de papa. Il ne rêve même plus de signer un CDI dans une multinationale où il pourrait, le temps d’une vie, gravir à un rythme lent mais régulier les échelons d’une hiérarchie millénaire (mais juste).

Qu’est-ce qu’il veut, le jeune ? Bosser dans une startup.

35% des étudiants n’attendent que l’obtention de leur diplôme pour envoyer leur CV à une startup et, parmi les jeunes actifs travaillant en PME ou dans des grandes entreprises, 37% sont prêts à quitter leur cantine pour tenter l’aventure.

Sur le site JobTeaser.com, entre novembre et janvier 2017, on a compté 25 candidatures par offre d’emploi publiée par des startups, presque le double de celles pour les autres offres d’emploi.

Mais pourquoi cet engouement ? Il cherche plus la stabilité de l’emploi, le jeune ?

Esprit startup, es-tu là ?

Privilégier une société en construction, et donc à l’avenir nécessairement incertain, peut sembler sur le papier casse-gueule. Mais ce que les jeunes cherchent avant tout en postulant pour une telle entreprise, c’est le fameux esprit startup qui va avec.
C’est (a priori) la promesse de :

  • être impliqué dans un work in progress, une aventure où leur rôle n’est pas figé ;
  • ne pas subir le poids d’une hiérarchie verticale et les caprices de ses N+x ;
  • pouvoir aménager ses horaires et réfléchir à la façon dont on travaille ;
  • travailler dans un environnement « cool »
  • être valorisé pour ses compétences réelles et pas par son diplôme
  • teambuilder en brassant de la bière (plutôt qu’en construisant une réplique de la maison mère en allumettes)

Mais l’esprit startup, comme le charme de l’appartement atypique, ce n’est pas garanti. Les toilettes sur le palier, c’est atypique. Une boîte chiante qui démarre en galérant, c’est aussi une startup. Mettre en avant son statut de startup pour recruter est une bonne idée… à condition de proposer le boulot qui va avec.

Laisser un commentaire