Gérer la croissance de son entreprise : top 5 des erreurs à ne pas commettre

Croissance… ce mot sonne comme une promesse. Développer son entreprise, c’est évidemment ce qui motive tout entrepreneur qui rencontre le succès. Grandir c’est bien mais ça induit d’autres problématiques à gérer : trésorerie, investissements, recrutement, retard dans la production dû à un surplus de commandes… Top 5 des erreurs à ne pas commettre.

Avoir les yeux plus gros que le ventre

Allez-y mollo. Certes on connaît tous des success-stories qui doivent tout à l’audace de leur créateur (« Steven, sors le portefeuille, on rachète les concurrents, NOW ! »), mais l’expérience a montré qu’ils étaient moins nombreux que ceux qui s’étaient largement plantés (« Désolé patron, on n’a pas réussi à fabriqué 200 000 charentaises en 2 heures… »).

Mettre la charrue avant les bœufs

Avant d’engager une team marketing, de refaire sa garde robe en sur-mesure et d’acheter un bureau en or pour recevoir les clients, on s’assure qu’on va continuer à en avoir… des clients. Une étude de marché en cours de route n’est jamais superflue. Dans le meilleur des cas, elle vous permet de conforter vos choix ; dans le second meilleur des cas, de réorienter vos efforts dans la bonne direction. Bref, que du bon pour croître sur le long terme.

Rester seul à la barre

On barre très bien tout seul un Zodiac. De la même façon, vous conviendrez sans doute qu’il vaut mieux être plusieurs pour piloter un paquebot. Vous voyez où on veut en venir ?

Se disperser

On est souvent grisé par le succès. À tel point qu’on pense que notre domaine d’expertise, ce n’est plus le produit ou le service, mais l’entreprise elle-même. Rien n’interdit de diversifier son offre, mais comme on l’a fait à ses débuts, on étudie la question et on s’entoure de spécialistes avant de se lancer.

Ne pas compter

Quand on aime… vous connaissez la suite. Pourtant dès lors que vous modifiez un paramètre (nombre des contrats, changement de locaux, augmentation du personnel) vos finances sont bouleversées. Pour ne rien négliger qui pourrait faire tomber cet édifice complexe, mieux vaut s’adresser à des professionnels.

L’erreur principale du dirigeant dont l’entreprise se développe est qu’il la considère comme un être vivant qui vivrait une évolution naturelle. Et de fait, là où il avait pris toutes les précautions et fait toutes les études au moment de créer sa boîte, il considère que ce n’est plus à faire au moment de l’évolution. Pourtant, cela n’a rien de naturel ni d’évident. En réalité pour ne pas se planter, mieux vaut considérer qu’il s’agit d’une toute nouvelle entreprise à chaque étape de progression.

Laisser un commentaire