La vie au travail : des différences entre hommes et femmes ?

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, nous nous intéressions aux résultats d’une enquête IPSOS sur la vision du travail qu’ont les Français, tous les Français (et l’année dernière aux résultats d’une enquêtes TNS SOFRES sur la vie des français au bureau). Il est souvent peu pertinent de séparer les hommes et les femmes en matière de travail… sauf qu’ici les réponses divergent selon le sexe. Et, autant le dire tout de suite… c’est moche.

Vivement lundi ?

Les chiffres moyens n’étaient pas des plus optimistes : les Français se disaient fatigués à 39 %. Si l’on ne considère que les femmes, ce chiffre monte à 41 % et il n’est pas seul à grimper. 31 % sont stressées (+3 % par rapport aux hommes) et 23 % déçues (+4 %). Pourtant elles sont 2 % de plus que leurs homologues masculins à se dire investies.

Les perspectives pour la Française semblent sombres : 2 % de plus que les hommes se sentent bloquées. Pessimistes ? Pas moins de 59 % le sont à propos de la possibilité de trouver un autre emploi et 77 % à l’idée d’être augmentées. Pour autant, elles ne baissent pas les bras et chez les 25-35 ans, elles sont 44 % (contre 36% chez les hommes) à envisager de changer de travail à court terme. L’envie d’entreprendre existe mais elle est moins affirmée que chez les hommes — sauf  entre 35 et 44 ans où elles sont 25 % à envisager la chose contre 22 % chez les hommes.

L’avenir du travail ?

Le changement, les femmes le souhaitent, mais le moral reste bas. En effet si 90 % estiment souhaitable l’égalité au travail entre hommes et femmes, elles ne sont que 49 % à penser que la chose est probable. Même écart quand il s’agit de penser aux crèches d’entreprises destinées à faciliter la vie des jeunes parents. C’est souhaitable (84 %)… mais moins probable (51%).

On le voit, le moral de la Française au travail n’est pas des plus joyeux. Pourtant, elles ont, comme leurs homologues masculins, conscience des changements profonds qui s’opèrent aujourd’hui et les appellent de leurs vœux.

Laisser un commentaire