1 Français sur 2 est prêt à relever le défi

Il faudra plus que des annonces maussades sur la dynamique de l’emploi pour faire cesser de réfléchir les Français sur leurs conditions de travail. À L’heure où l’emploi devient de plus en plus protéiforme, l’institut IPSOS a voulu faire un point sur la question.

L’ère du burnout #bloqués

6/10 : c’est la note que donnent en moyenne les Français à leur travail actuel. Pourquoi ? Ils sont, hommes et femmes confondus, fatigués (39 %), stressés (30 %) sans doute parce qu’investis (36 %).
Et la situation semble a priori sans issue puisque si 73 % sont optimistes quant au maintien de leur emploi, ils se disent pour la majorité pessimistes quant au fait de pouvoir prendre de nouvelles responsabilités (52 %), changer de métier (53 %), trouver un autre emploi (56 %) ou être augmentés (73 %).

Prêts à changer

Pourtant, les Français ont bien intégré l’idée que l’on ne pouvait plus effectuer toute sa carrière dans la même boîte. Changer de boulot (34 %), se faire remercier (21 %), pointer au chômage (37 %), ils l’ont déjà vécu et s’attendent à le revivre à court ou moyen terme (dans l’ordre : 28 %, 14 % et 15 %). 20 % ont déjà cumulé les boulots et recommenceront.

Pour autant, les changements que vivent les entreprises aujourd’hui sont plutôt perçus positivement. 65 % des actifs Français y voit un défi à aborder avec curiosité et intérêt, et ils sont près de 2 sur 10 à les considérer comme des opportunités. Pour la majeure partie des interrogés (56 %), ces changements peuvent même aider à relancer la croissance économique en France.

Le jeune travailleur

Cette évolution des mœurs quant au travail est plus optimiste chez les jeunes de 18 à 35 ans. 4 sur 10 envisagent de changer de travail à court ou moyen terme, et 2 sur 10, de reprendre des études. Moins « bloqués » que leurs aînés, ils pensent trouver du travail facilement s’ils souhaitent en changer (57 %). Ils ont conscience d’avoir un avantage non négligeable par rapport aux générations les précédant avec la maîtrise des nouvelles technologies et envisagent à 34 % de se mettre à leur compte un jour.

L’ère du CDI – carrière – dans la même boîte a fait son temps. Les Français en sont conscients et sont prêts, voire pour les plus jeunes motivés, à l’idée d’inventer de nouveaux modèles.

Source : Ipsos, 2016 http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/ipsos_elle_active_2016_version_site_0.pdf

Laisser un commentaire