Geofencing : pour les frappes marketing ciblées

Charles

Les Français consultent en moyenne plus de 100 fois leur téléphone portable par jour. Une information à laquelle les as du marketing ne pouvaient pas rester insensibles et que le geofencing exploite intelligemment. Petit frère du SMS marketing, cet outil se veut plus ciblé, moins intrusif et donc plus efficace.

Qu’est-ce que c’est ?

La technologie geofencing permet, grâce au wifi, d’envoyer un SMS ou un message push à des téléphones portables situés dans un périmètre déterminé. Un restaurateur peut par exemple envoyer son plat du jour aux passants affamés, une galerie, une info sur l’expo en cours, une supérette, la liste des promotions du jour…

Pourquoi le SMS ?

Un SMS a beaucoup plus de chances d’être lu qu’un courrier dans une boîte mail — où les messages promotionnels arrivent souvent directement dans une sous-boîte dédiée et sont donc rarement lus — ou qu’un prospectus. On considère que 98 % des SMS sont lus et ce, dans un délai de 2 minutes en moyenne. Une habitude à exploiter…

Entre harcèlement et pertinence

La technologie geofencing permet des opérations marketing d’une redoutable efficacité, encore faut-il y réfléchir sérieusement au risque d’importuner sa cible. Pour ne pas déranger le destinataire ou, pire, lui donner l’impression qu’il est traqué, quelques règles sont à respecter.

  • Penser horaires : il faut que votre message fasse mouche. Que votre promotion, ou votre information, arrive au moment où elle va parler à son destinataire. Si vous êtes restaurateur, vous aurez compris qu’il vaut mieux envoyer vos messages à l’heure où l’estomac commence d’ordinaire à titiller.
  • Ne pas envoyer pour envoyer : certes, la technologie est séduisante, mais si vous n’avez pas une réelle stratégie marketing derrière votre envoi, vous n’allez qu’ennuyer voire dégoûter votre prospect.
  • Étudier les résultats : pour adapter vos messages, vous devez en étudier l’impact. Pour un nombre X de messages envoyés, combien de clients ont eu le comportement que vous attendiez ? Combien ont manifesté de l’intérêt pour votre entreprise (en lui rendant visite, en passant un coup de téléphone…) ? Combien n’ont pas réagi ?
  • Ne pas forcer : votre client doit choisir de pouvoir recevoir ou non ces messages.

Sources : Médiamétrie AFMM marketing par SMS, Slicktext.com, rapport CREDOC, Media Metrics, ARCEP

Laisser un commentaire