Où la France se situe-t-elle par rapport au monde en matière d’innovation ? Vous allez être surpris(e)…

Jeudi 12 novembre dernier, le cabinet américain Thomson Reuters, a publié la cinquième édition de son étude annuelle « Top 100 Global Innovators ». Devinez quoi ? La France est bien placée. Elle arrive 3e, même !

Ne vous étonnez pas si, malgré tous vos efforts, votre entreprise n’y figure pas. C’est sans doute parce que vous n’avez pas déposé de brevet. En effet, la mesure de l’innovation est quantifiée au nombre de brevets déposés, à leur qualité, à leur portée internationale et à leur influence.

And the winner is…

Les grands gagnants de ce classement sont le Japon (avec 40 organisations citées) et les États Unis (avec 35 organisations citées dont 4 en tête de classement). La France quant à elle compte 10 entreprises et organisations dont la première (Alcatel-Lucent) arrive en 6e position. Suivent Alstom (essence, gaz et énergie), Arkema (chimie et cosmétiques), CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), CNRS (Centre national de la recherche scientifique), IFP Energies nouvelles Safran (aéronautiqueastronautique et défense), Saint-Gobain (construction et domaine médical), Thales (aérospatiale et défense) et Valeo (automobile).

Ça s’en va et ça revient…

Si les grands champions de 2014 officiaient dans l’électronique et les semi-conducteurs, la donne a changé cette année. Le secteur qui a le plus progressé en 2015 est la chimie avec 12 entreprises contre 6 l’année précédente. Un secteur d’avenir puisqu’il influe sur beaucoup d’autres (agroalimentaire, cosmétique, pharmaceutique, etc.).

On aura remarqué cette année l’absence du Royaume Uni et de la Chine à ce classement prestigieux. La faute, selon les experts, à un manque de portée internationale des brevets chinois et à un faible investissement du PIB anglais en recherche et développement.

L’innovation française se porte bien, donc, tant dans les entreprises privées que dans les organisations gouvernementales. Elle n’est pas en reste dans les startups non plus, qui ont valu à la France de nombreux prix au CES — le plus important salon consacré à l’innovation technologique en électronique grand public —