Avec ça, vos concurrents auront du souci à se faire…

Charles

Commerce en ligne ou commerce en boutique ? Jusqu’à récemment les deux solutions semblaient s’opposer et vivre parallèlement sans interconnexion (ou si peu). Et si la solution était un mélange des deux ? Bienvenue dans l’ère du “Phygital” !

Phygiquoi ?

Le commerce phygital est l’heureux mariage du commerce PHYsique et du commerce diGITAL. Comprenez : faire entrer un domaine dans l’autre pour l’enrichir. Concrètement : essayer d’humaniser les achats en ligne ou/et offrir un service plus efficace en magasin grâce aux nouvelles technologies. Ici comme dans la plupart des avancées marketing actuelles, c’est l’expérience client qui est au centre des préoccupations.

Facile ? Pas tant que ça…

Adopter une stratégie phygitale est une tendance forte et une démarche qui peut s’avérer payante. Mais attention, cela ne s’improvise pas ! Ne voyez pas cela comme une mode qui consisterait à mettre des écrans dans votre boutique. Si cet accès propose à vos clients potentiels la même chose que ce qu’ils peuvent trouver sur leur smartphone, vous aurez juste augmenté vos frais.

Trouver le bon équilibre

Que vous soyez à la tête d’un site de vente en ligne ou d’une jolie boutique, il faut vous demander quels sont vos atouts, vos faiblesses et ce que vous pourriez améliorer. Ce que les clients apprécient en achetant en ligne : ne pas se déplacer, ne pas transporter leurs achats… Le revers de la médaille : c’est le manque de conseils personnalisés et l’absence d’expérience physique (le canapé tout dur, le pull qui gratte, la boîte à musique qui rend fou). Donner la possibilité aux acheteurs de commenter leurs achats, permettre d’ « essayer » le produit, virtuellement grâce à des appli photo — pensez aux vêtements ou aux meubles — ou physiquement avec un service de retour simplifié, voilà quelques solutions pour palier aux inconvénients du e-commerce. De plus en plus d’enseignes en ligne proposent dorénavant un showroom où les clients peuvent essayer le produit sur place avant de l’acheter depuis chez eux.

Ce que recherche le client dans un magasin traditionnel, c’est ce contact avec le produit, mais aussi le contact humain (celui qu’il va chercher, et pas celui qu’on lui impose…). La possibilité d’expliquer ce qu’on cherche, de se faire conseiller. Qui de mieux placé qu’un libraire pour vous orienter vers LE livre (« avec des trolls, mais pas de vampires, et aussi une grenouille qui parle ») qui fera rêver votre neveu à Noël ? Ce qui peut aider notre libraire dans ce cas précis, c’est sans doute un historique de vos précédents achats de Noël, une mémoire de vos goûts et de vos cadeaux.

Le nom phygital sonne comme un énième concept marketing fumeux, mais il ne représente que l’adaptation du commerce au monde qui nous entoure. Il rétablit l’équilibre nécessaire entre des échanges déshumanisés et le besoin très contemporain d’efficacité et de rapidité.

Laisser un commentaire