Pourquoi les PME françaises ralentissent leurs investissements ?

La demande de financement professionnel a baissé au mois de février, mais selon la Banque de France il ne s’agit pas d’un signe de croissance atone. D’après les données récoltées lors de son enquête mensuelle sur la distribution du crédit, il s’agit tout simplement d’une diminution des besoins. Cette tendance particulièrement présente chez les PME, traduit une chute des investissements des entreprises.

Solde d’opinion négatif sur le financement des entreprises

Le solde d’opinion des enseignes bancaires françaises est négatif sur les crédits professionnels. Cela signifie que les banquiers enregistrant une baisse de la demande de financement des entreprises sont les plus nombreux. Ce fléchissement n’est toutefois pas démesuré, le solde étant négatif à près de -15 % pour les PME, et en dessous de -10 % pour les grandes entreprises.

Les entreprises ont moins besoin de se financer

Les informations recueillies par la Banque de France mettent en avant « une baisse des besoins de financement », et ce autant sur les opérations de fusions-acquisitions, que sur les besoins en trésorerie et les projets d’investissement. La différence est d’autant plus marquée sur le financement à but d’investissement, dont le solde négatif atteint près de 17 % chez les banquiers. Le changement est donc bien notable par rapport au mois de janvier puisque les banques enregistraient un solde positif quant aux projets d’investissement des entreprises. Concernant les besoins de trésorerie, la demande était restée stable depuis juillet/août 2014 jusqu’au mois dernier, où elle a chuté. Le marché des fusions-acquisitions a été actif en octobre et novembre 2014, pour ralentir en décembre avant un rebond en janvier.

Laisser un commentaire