Ca y est ! L’investissement repart. Chiffres à l’appui.

Est-ce la baisse des prix du pétrole (ou la lassitude de lire le mot “crise”…) qui conduit les entreprises à aller de l’avant ? Toujours est-il que les industriels français ont investi plus qu’ils ne le prévoyaient au cours des 6 derniers mois. Ca, c’est une bonne nouvelle ! Mieux encore, ils affichent d’ores et déjà leur intention d’investir davantage cette année, comme le révèle l’enquête de l’INSEE sur l’industrie manufacturière. Les dirigeants du secteur de l’automobile sont particulièrement optimistes, passant d’un scénario presque catastrophe à un véritable entrain. Qui l’eut cru ?

L’industrie de l’automobile est sur-motivée !

Interrogés au mois d’octobre par l’INSEE, les manufacturiers pensaient baisser leurs investissements de 3 % pour l’année à venir. Et voici que 4 mois plus tard, toujours interrogés par l’institut, ils déclarent leur intention d’investir 3 % de plus que l’année dernière. S’il est difficile d’établir ce qui a bien pu les faire changer d’avis en si peu de temps, force est de constater que l’optimisme est de retour.

Le moral est particulièrement bon dans l’industrie automobile, sans doute dopé par la baisse des prix du pétrole. Au mois d’octobre, les industriels pensaient baisser leurs investissements de 8 %, alors qu’ils affichent finalement leur intention de les augmenter de 10 %.

L’écart est également impressionnant dans l’industrie agroalimentaire, où les dirigeants prévoyaient d’abaisser leurs investissements de 8 % en octobre. Désormais ils prévoient de les augmenter d’1 % en 2015.

Les investissements des industriels se développent depuis plusieurs années

Selon les données de l’INSEE, l’investissement industriel aurait augmenté de 2 % en 2014. Il s’agit plutôt d’un bon résultat, après une année 2013 passée en repli de 5 %, et après une année 2012 en hausse de 5 %. Le spectre de l’arrivée de la crise économique en 2009 semble loin, cette année-là, les investissements dans l’industrie avaient chuté de 21 %… Aie.

Et pourtant lorsqu’on les avait interrogées au mois de juillet, on trouvait autant de pessimistes que d’optimistes. La majeure partie des projets ont été réalisés au second semestre, car c’est au cours de l’enquête de janvier que les industriels ont été les plus nombreux à signaler une augmentation de leurs investissements.

Que des bonnes nouvelles dans cet article. C’est cadeau. A consommer sans modération.

Laisser un commentaire