34 % des jeunes se verraient bien chef d’entreprise, mais pas n’importe quand

La jeune génération est-elle audacieuse ? Opinionway est allée à la rencontre de lycéens et d’étudiants, pour le compte de l’APCE, du CIC et de Moovjee. Le résultat de l’enquête démontre que 34 % des sondés ont envie de créer leur entreprise, alors que dans l’ensemble de la population française cette proportion descend à 25 %. Portrait de ce que veulent ces jeunes, et de leur façon de voir l’entrepreneuriat.

Ils attendront entre 3 à 5 ans après leurs études

Les 2/3 des lycéens et des étudiants intéressés par l’entrepreneuriat attendront tout de même entre 3 et 5 ans après leurs études pour se lancer. S’ils réalisent ce projet, ils seront donc trentenaires au moment de prendre leur destin professionnel en main. Il reste toutefois une forte proportion souhaitant attendre plus de 5 ans une fois leur diplôme en poche. Ceux qui souhaitent créer leur entreprise pendant leurs études restent minoritaires (il existe pourtant de nombreuses incitations).

Attirés par l’argent ?

Sur les 34 % d’étudiants et de lycéens souhaitant monter leur entreprise, plus de la moitié (52 %) sont attirés par le « levier de développement économique ». L’aspect financier se retrouve d’ailleurs, mais loin derrière, dans leur 2e préoccupation. Ils sont effectivement 19 % à considérer l’entrepreneuriat comme un « remède ponctuel anti-crise ».

L’épanouissement ne vient qu’en 3e position, 17 % des sondés mettant en avant le vecteur de rayonnement. Curieusement, ils sont 11 % à choisir de créer leur entreprise car il s’agit d’un phénomène de mode

Responsabilités et travail ?

S’ils savent généralement que la réussite financière peut être au bout de la réussite tout court, ils n’en conservent pas moins les pieds sur terre. Lorsqu’on leur demande ce que signifie être entrepreneur, 49 % d’entre eux répondent qu’il s’agit de gérer de grandes responsabilités. La 2e impression est le travail (Ah ! Quand même…), 45 % des sondés savent qu’il ne faudra pas compter ses heures (qu’un sur deux finalement…).

Laisser un commentaire