Ce PDG décide d’augmenter de 33% les plus bas salaires de son entreprise après avoir lu un ouvrage sur l’économie moderne

Le PDG du groupe d’assurances Aetna a décidé d’augmenter près de 12 % de ses employés représentant les tranches de salaire les plus basses. Pourquoi ? Parce qu’il a lu « le capital au XXIe siècle », de l’économiste français Thomas Piketty. À ceux qui lui répondent que la manœuvre coûtera plus de 20 millions d’euros à l’entreprise en 2016, il rétorque que l’assureur va au contraire économiser 120 millions de dollars. Génial coup de marketing à l’américaine ou réelle prise de conscience ?

Augmentation de salaire de 11 % pour les employés d’Aetna

Le PDG de la compagnie d’assurances Aetna, Marc Bertolini, a affirmé au Wall Street Journal vouloir augmenter le salaire de ses employés les moins bien payés, afin de participer au pacte social. S’il est difficile de dire s’il s’agit d’un joli coup de marketing ou d’une prise de conscience (ou d’un peu des 2…), ce ne sont pas les salariés concernés de l’assureur qui s’en plaindront.

Auparavant payés 12 $ de l’heure, ils seront désormais payés 16 $, soit une augmentation de 33 %. Le geste symbolique de Marc Bertolini concerne 5.700 personnes dans la société qu’il dirige. Ces derniers percevront, en moyenne, une augmentation de 11 %.

Voilà qui devrait faire pâlir les entreprises privées ayant pour client une collectivité publique. L’année dernière le président Barak Obama avait signé un ordre exécutif obligeant les dirigeants à augmenter le salaire minimum de 7,25 $ à 10 $ de l’heure.

Comment amortir rapidement un coût salarial de 22 millions d’euros ?

Une fois les calculs faits par la société en question, cela pourrait lui coûter plus de 25 millions de dollars en 2016. Oui, mais Marc Bertolini a un argument de poids : la réduction du coût du renouvellement du personnel, grâce à laquelle il espère gagner 120 millions de dollars.

C’est que la situation économique des États-Unis s’est rétablie en 2014. Le produit intérieur brut a augmenté de 5 %, avec notamment un bond de 1,25 % d’un trimestre à l’autre. Les ménages ont dépensé 3,2 % de plus, les entreprises ont augmenté leurs investissements de 4,8 % (source : Le Monde.fr), et le taux de chômage est redescendu à 5,8 % en octobre 2014.

C’est dans ce contexte économique favorable que certains dirigeants s’inquiètent de voir une partie de leur effectif (les plus bas salaires) être tentée d’aller chercher meilleure fortune ailleurs… Si le geste du directeur d’Aetna est un habile coup de pub, il pourrait faire d’autres adeptes aux États-Unis…

Laisser un commentaire