Nos amis anglo-saxons le font bien ! Alors, pourquoi pas nous ?

Vous souvenez-vous de votre dernier séjour en Angleterre ? La journée ne vous avait pas semblé courte et rythmée par un tour au pub du coin ? Savez-vous que cette coutume s’est imposée jusque dans la culture d’entreprise ? Une tradition bien différente des us français puisqu’il est fréquent d’aller au pub entre collègues après le travail !

Think different

Pour les Britanniques et les Anglo-saxons en général, les frontières entre travail et vie privée sont plus poreuses qu’en France. Aussi le fonctionnement de l’entreprise britannique est-il différent de celui que l’on connait. D’aucuns diraient plus détendu… Oublié le sacro-saint Comité d’Entreprise ! Outre-Manche, l’organisation des événements entre collègues se fait en concertation directe. Par ailleurs, le temps passé avec ses collègues n’est pas rigoureusement limité et l’on s’accoude volontiers au comptoir pour savourer une bonne bière après la journée de travail qui ne se finit pas à horaire fixe comme en France, mais en fonction des tâches à accomplir. Strange… Pas tant que ça.

Un savoir-vivre insulaire

La proximité au travail se traduit par moins de catégorisation hiérarchique. Ainsi, il n’est pas rare que le patron se retrouve au pub avec ses « subalternes » à rire du dernier fait d’armes d’Andrew, le déjanté du service. Ce qui nous ramène aux origines du pub, une abréviation pour public house. Ces « maisons publiques » nées au Moyen-Âge en Grande-Bretagne et en Irlande sont dès l’origine des lieux de rencontre. Les Anglais résidant en France ont importé ce way of life britannique !

Comment ça marche ?

Le pub traditionnel est reconnaissable à son enseigne peinte. La première règle à ne pas oublier est que le service s’effectue au bar. Si vous voulez boire un “demi”, vous commanderez un “half”, qui est une demi-pinte ou “half pint”. La seconde, selon l’usage, c’est qu’on ne paie pas uniquement son verre, mais une tournée ! Tout le monde offrant la sienne à tour de rôle, ce joyeux moment de détente et de discussion créé rapidement l’extraordinaire fusion des classes que l’on voit opérer. La moitié de la population anglaise adulte fréquente ainsi un pub de manière régulière. Cela dit, les pubs anglais sont nos bars français et rien ne nous interdit, a priori, de nous inspirer de la souplesse anglo-saxonne des rapports de bureau.

Cette convivialité ne passe pas nécessairement par une consommation d’alcool. Car, contrairement aux idées reçues ni nos voisins et compatriotes anglais, ni les Latins que nous sommes, ne figurent dans le top des consommateurs de bière ! L’anglais qui ingurgitait 100 litres de bière par an et arrivait en 6ème place derrière la Belgique, n°1 des descendeurs de pintes, ne serait même plus dans le top 20 du classement mondial en 2014. Comme il en va de notre réputation, méditons sur ce qui nous arrive autour d’un verre, et,  suivant la sage devise de Rabelais qui écrivait qu’ « en gosier sec jamais joie n’habite » : Cheers !

 

vu_mag

Laisser un commentaire