Les temps ont bien changé… Pire encore, les temps changent !

Nicolas Gorski

Aucune génération n’échappe au discours de la précédente et de ses inlassables : « c’était mieux avant », « à l’époque ce n’était pas comme aujourd’hui… ». Avant… Mais avant quoi au juste ? Avant la crise ?

Il est vrai que pèse aujourd’hui sur les entrepreneurs un facteur de poids : la vitesse, le rendement. Tout s’accélère, et le temps pour le faire se restreint à peau de chagrin.

L’entreprise dispose de deux perspectives : rester figée en espérant retrouver un état antérieur, cet « avant » dont on nous dit tant de bien ; ou chercher l’alternative et réinventer son histoire pour devenir une entreprise agile. Une entreprise établie l’est de moins en moins longtemps, et le sera de moins en moins durablement, pire encore si elle est statique.

Ces dernières années ont vu naître de nouvelles tendances, de nouvelles méthodes : Holacracy, Lean start-up, design thinking, Business Model canvas, carte d’empathie client, immersion complète et « vis ma vie », ethnographie, maquettes… Une liste qui ne cesse de s’allonger.

À l’origine de ces mouvements, le phénomène des « start-ups ». Les grands spécialistes du marketing peuvent réviser leurs classiques, ces entreprises innovantes prennent les choses à revers ! Étude de marché ? Analyses marketing classiques ? Dépassé ! Les produits et services lancés par ces entreprises répondent à des besoins encore inconnus ou émergents. En appliquant ces méthodes de développement qui consistent à tester et adapter l’offre en continu, ces entreprises limitent leurs risques en avançant et créant de la valeur.

Pour exemple les « Google Glasses » qui ont été maquettées en une journée à l’aide d’un cintre métallique, d’une feuille de papier et d’un picoprojecteur… cette ingéniosité interpelle tout entrepreneur et fait réfléchir sur l’intégration de cette créativité dans nos propres entreprises.

Comme l’explique Matthieu Garde, spécialiste du « lean start-up » ; le souci de l’entrepreneuriat réside dans le fait que les « start-ups » se considèrent comme des entreprises, alors que les entreprises ne se considèrent pas comme des « start-ups ».

Les entreprises doivent cesser d’exploiter un business model existant, et, au contraire, développer un nouveau business model qui leur est propre.

Quelle que soit la taille de l’entreprise, son secteur d’activité, son chiffre d’affaires, ses effectifs, il est fondamental aujourd’hui pour un entrepreneur de prendre de la hauteur et d’apprendre à regarder différemment !

Tout est possible à ceux qui oseront casser les structures en silo, diversifier les regards, vivre des expériences clients, mettre en place un langage commun à toute l’entreprise, et surtout, surtout ! Réveiller le sens de l’écoute, en interne et en externe.

Transformer son entreprise en « start-up » innovante et agile n’est ni une utopie ni un rêve. C’est une opportunité et une nécessité. Une volonté affirmée de mouvement, une implication totale, soutenues par une pincée d’accompagnement qui permettent d’ouvrir sur des horizons que vous n’auriez jamais soupçonnés. Restons curieux, à l’affût, et conduisons nos entreprises sur les chemins de la réussite.

 

vu_mag

Laisser un commentaire