Travailleurs indépendants : comment déduire vos frais de repas supplémentaires ?

La direction de l’information légale et administrative du bureau du premier ministre a tenu à clarifier la déduction des frais de repas pour un professionnel. C’est au sein de la lettre publique d’information hebdomadaire que les travailleurs indépendants ont découvert dans quelles mesures ils pouvaient déduire leurs frais de bouche de leur facture fiscale. Il y a bien entendu un plafond, mais surtout il est nécessaire de se justifier. Explications.

Déduire les frais de repas supplémentaires : quel montant ?

Aux yeux de l’administration fiscale, les frais de repas supplémentaires par rapport à un repas pris à domicile correspondent à une dépense rendue nécessaire par un déplacement professionnel. Le fisc estimant la valeur forfaitaire d’un repas pris à domicile à 4,60 €, pour 2014.

En supplément, un plafond de déduction des frais de repas des salariés est fixé à 17,90 €, toujours pour 2014. Les notes de restaurant dépassant ce montant ne donnent théoriquement pas lieu à une déduction.

Concernant le travailleur indépendant, l’administration fiscale lui permet de déduire 13,30 € (17,90 € – 4,60 €) à titre de frais de repas supplémentaires.

Qui peut déduire quoi ?

Un travailleur indépendant inscrit au régime BIC où BNC a la possibilité de déduire des frais supplémentaires de repas. Toutefois, cette dépense doit être rendue nécessaire par la pratique de sa profession, et non pas pour le simple plaisir du palais.

Le centre des impôts acceptera donc une dépense due à un déplacement chez un client, à condition que la distance le justifie. C’est ainsi qu’un contrôleur tiendra compte de la configuration de l’agglomération, de l’adresse de la clientèle, mais également des horaires de travail.

En clair, une pause-midi épicurienne ne pourra être déduite que si elle fait suite à un déplacement professionnel suffisamment loin du lieu de travail habituel. Une note de frais pourra être considérée comme injustifiée, si la distance entre le client et le professionnel n’est pas suffisamment importante.

Le professionnel a donc tout intérêt à conserver des preuves de déplacement, tout comme les notes de frais, bien entendu.

 

 

Laisser un commentaire