Le Match : EURL vs Entreprise individuelle

Le temps est venu de vous lancer, mais vous hésitez encore entre l’EURL et l’Entreprise individuelle ? Cet éclairage rapide vous donnera un aperçu de leurs avantages et inconvénients respectifs.

Des différences marquées

Leur différence fondamentale réside dans la distinction entre le statut de société et la personne du dirigeant.

L’EURL : L’Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, en tant que forme atténuée de la société à responsabilité limitée : la SARL, est régie par des règles similaires si ce n’est que l’EURL comporte un associé unique : Vous. Seul décisionnaire, libre de fixer le capital social selon vos besoins, vous êtes assujetti à l’impôt sur les sociétés si vous faites le choix de cette option. Aussi, devez-vous rédiger des statuts pour immatriculer votre société.

Pour l’entreprise individuelle, ou « entreprise en nom personnel », l’entreprise et son dirigeant ne représentent qu’une seule et même entité. Décisionnaire unique, sans contrainte d’apport de capital social minimal, la création est rapide et peu onéreuse. De gestion libre, son dirigeant n’a pas à la justifier par la publication de comptes annuels et ses bénéfices constituent sa rémunération.

Régime fiscal et social

Si l’entreprise individuelle a le choix entre trois régimes d’imposition : le régime réel, le régime de la micro-entreprise (ou régime micro-fiscal) et le régime de l’auto-entrepreneur (micro-social avec versement libératoire de l’impôt sur le revenu)… L’EURL, elle, est assujettie au régime réel. En outre, son chiffre d’affaires n’est pas plafonné. Selon leur activité, le dirigeant d’EURL comme celui d’Entreprise Individuelle, bénéficieront du régime social correspondant.

Quand simplicité rime avec responsabilités

Si l’entreprise individuelle est la formule la plus simple pour une première création : coûts relativement peu élevés, gestion libre. Elle engage néanmoins la responsabilité de son dirigeant. Patrimoines personnel et professionnel étant juridiquement confondus, l’entrepreneur est responsable des dettes générées, mais peut réaliser une déclaration d’insaisissabilité de ses biens personnels auprès d’un notaire.

Alors que l’EURL se doit de convoquer une assemblée générale, de rédiger un rapport sur la gestion de l’entreprise et de publier les comptes sociaux auprès du Registre du commerce et des sociétés ; le patrimoine personnel de son dirigeant est davantage protégé et sa responsabilité limitée au montant du capital.

Ce panorama éclair vous a-t-il mis sur la voie ? Reste à faire le bon choix pour vous lancer dans l’aventure !

 

vu_mag


Laisser un commentaire