Aline DUVERGER, Manager de transition, nous présente son activité

Benjamin Ribano

BR : Bonjour Aline, pouvez-vous vous présenter ?

AD : Bonjour, je m’appelle Aline Duverger, je suis mariée sans enfant. Je suis arrivée en Charente à l’âge de 10 ans. Mon parcours professionnel m’a permis d’avoir un apprentissage opérationnel des différentes fonctions de management d’une structure. J’ai travaillé dans le tourisme, dans la communication print et numérique et dans l’agroalimentaire. Après plus de 10 ans en tant que directrice administrative et financière, j’ai atteint la direction générale de deux entreprises en même temps. L’année dernière, à 41 ans, j’ai décidé de me remettre en question. Je me suis lancée dans le Management de transition.

BR : Vous êtes entrepreneuse Charentaise. Qu’est-ce qui vous a poussé à sauter le pas ? Et pourquoi la Charente ?

AD : Charentaise d’adoption, j’ai appris à aimer le département et la région. Cela me paraissait évident de rester en Charente. J’interviens dans toute la France. Je peux donc travailler ou venir me ressourcer en Charente. Lorsque j’ai décidé de devenir Manager de Transition, je ne me suis pas posée la question du lieu. C’est mon ressenti en tant que DG qui m’a conduit à choisir ce métier. A l’époque, je me suis sentie isolée face à l’ensemble des obligations et aux prises de décisions. Les journées des DG sont très longues et pluridisciplinaires. Il est important de pouvoir se reposer sur un expert-partenaire pour continuer à gérer le quotidien, résoudre des problématiques et développer les différents projets.

BR : Quels services proposez-vous ? Quels sont les avantages de faire appel à vos services ?

AD : De profil généraliste, j’accompagne les chefs d’entreprises de TPE/PME dans le pilotage opérationnel de leur entreprise. Après une phase de diagnostic, cela va du remplacement d’un cadre, à la mise en place d’un projet de développement interne ou externe, en passant par la réorganisation d’un service ou d’un poste, ou la cession de l’entreprise. De l’intérieur, je mets en place, avec le chef d’entreprise, les outils personnalisés nécessaires au projet. Le fait d’agir en interne permet de prendre tous les éléments en considération, collaborateurs, partenaires, fournisseurs. En qualité de manager, je responsabilise et fédère les collaborateurs au projet. Cela permet également de prendre les mesures correctives rapidement. J’interviens directement dans l’entreprise en mode mission, c’est-à-dire sous contrat de travail à temps complet; ou en mode alterné en portage salarial. Pour être encore plus efficace en mission, je m’appuie, si nécessaire, sur un réseau de manager de transition : Womanager (voici une animation qui explique plutôt bien le concept !).

BR : Pourriez-vous nous citer deux cas pour lesquels une entreprise vous a sollicité ? Et quelles réponses y avez-vous apporté très concrètement ?

AD : Dans le premier cas, je suis intervenue en tant que mandataire sociale dans le cadre d’une cession d’entreprises. Il s’agissait de 2 TPE détenues à 100% par les mêmes actionnaires étrangers. En plus de la conduite du projet de vente des 2 structures (Due Diligence, closing, calcul du prix de vente), il fallait continuer la gestion au quotidien, la production et leur développement. J’ai également accompagné les salariés au changement. Les entreprises ont été vendues en 18 mois au prix préconisé. Dans le second cas, il s’agit d’une réorganisation d’une TPE qui est structurée totalement en télétravail. La TPE connait une fort développement et a embauché plusieurs collaborateurs. Le but de cette mission est double. D’une part, il s’agit d’aider l’assistante de direction à redéfinir sa zone d’intervention et ses obligations . D’autre part, le chef d’entreprise doit être en mesure de prendre rapidement des décisions. J’ai mis en place la fiche de poste de l’assistante et j’ai créé des tableaux de bord allégés et pertinents (trésorerie, marge…) pour le gérant. En travaillant de l’intérieur, j’ai également préconisé quelques améliorations dans le volet social. Cette mission est réalisée en portage salariale.

BR : Vous disposez d’une expérience en matière d’entrepreneuriat. Qu’avez-vous appris de fondamental sur le « métier d’entrepreneur » depuis que vous avez sauté le pas ?

AD : Je suis tentée de dire que le “métier d’entrepreneur” est le métier le plus complet et le plus généraliste. C’est un métier qui s’adresse aux personnes qui souhaitent sortir de leur zone de confort, qui ont une grande autonomie et une capacité d’adaptation. Il faut être sur tous les fronts en parallèle : production/service, administration, finance, commercial, communication, logistique, distribution. Il faut aimer écouter, apprendre et partager. Enfin, il faut une bonne dose de courage et de motivation pour faire face aux imprévus et aux difficultés. Mais quel beau challenge !

BR : Quels conseils donneriez-vous aux femmes entrepreneuses qui hésitent à se lancer (et qui, malheureusement, ne sont pas assez représentées dans le monde de l’entrepreneuriat de nos jours) ?

AD : Il ne faut pas craindre d’essayer mais craindre d’être immobile. Bien entendu, le projet d’entreprendre doit être muri et bien bordé. Les porteuses de projets peuvent se faire accompagner par des experts. Comme tu le dis si bien, Benjamin, « Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin ». Elles doivent tisser un réseau sur lequel elles peuvent s’appuyer pour avoir des informations ou confronter leur projet. Rien ne remplace l’aventure d’entreprendre. Il vaut mieux oser l’entreprenariat, quelle que soit la durée de vie du projet, que de regretter toute sa vie de ne pas avoir franchi le pas.

BR : Pour conclure Aline, avez-vous une maxime ou un proverbe qui vous donne de l’élan dans les bons moments comme dans les plus difficiles ?

AD : « Si vous pouvez le rêver, vous pouvez le faire. » de Walt Disney

Si vous souhaitez contacter Aline Duverger, spécialisée dans le management de transition, voici ses coordonnées : 06.86.90.84.64.

Un commentaire

  • JOSEPH 22 / 07 / 2015 Reply

    Bonjour,

    Bel interview! Quel bien cela fait de vous lire Aline. La vidéo est un outils très intéressant et pas si simple à manier donc Bravo c’était convaincant.

Laisser un commentaire