Quel est le profil de l’entrepreneur actuel ? A quoi carbure-t-il ?

Est-il possible de dresser un portrait-robot de l’entrepreneur modèle en France ? Une étude de L’Atelier BNP Paribas, réalisée par TNS Sofres, s’est attachée à dresser le profil de ce « startuper », et à comprendre ce qui le pousse à devenir acteur de l’économie. Un portrait complet,  qui éclaire sur les motivations des entrepreneurs d’aujourd’hui, et leur recherche, tant professionnelle que personnelle, qui conduit à se lancer dans l’entrepreneuriat.

Qui est l’entrepreneur d’aujourd’hui ?

Via des interviews complètes, et des entretiens approfondis, TNS Sofres s’est penché sur le cas des entrepreneurs qui lancent leur entreprise, les fameuses startups. Se qualifiant comme dynamiques (81%) créatifs (75%) et visionnaires (60%), ces entrepreneurs sont avant tout des passionnés, avec un goût du risque (c’est ce qu’ils disent pour se qualifier à respectivement 83 et 60%). Des profils investis, cela semble logique pour se lancer et créer son entreprise. Ils sont dotés de plusieurs armes pour que leur projet réussisse. Ils sont âgés de 35 ans en moyenne, majoritairement diplômés du supérieur (à 93%) et ont accumulé une expérience moyenne de 11 ans avant de se lancer dans le grand bain. Stop aux idées reçues. L’entrepreneur d’aujourd’hui n’est donc pas, de manière générale, un jeune sans aucune expérience qui lance une idée de génie.

Le créateur de startup est :

  • Un homme dans 89% des cas,
  • Âgé de 35 ans en moyenne lors de la création de l’entreprise,
  • marié ou en concubinage dans 78% des cas,
  • avec des enfants dans 61% des cas.

Le nom de startup, qui est lié à ces entreprises naissantes, possède des avantages et des inconvénients. Certains entrepreneurs confient ne pas utiliser le terme de startup dans leur relation avec les banques ou les clients, car il évoque une image d’entreprise éphémère, superficielle, instable, qui peut manquer de sérieux. Il existe encore des progrès à faire au niveau des mœurs pour que le mot soit associé aux valeurs auxquelles les créateurs aspirent. Une startup, selon les entrepreneurs interrogés, c’est une entreprise audacieuse, qui s’émancipe des codes, dépasse les modes de travail traditionnels. La solidarité, l’esprit communautaire sont les valeurs fortes de ces entreprises d’aujourd’hui.

Les entrepreneurs, des « drogués » du travail ?

En 2013, 30 % des Français expriment leur envie de créer ou de reprendre une entreprise. Leur motivation ? Plus de liberté. Ce n’est pas la question financière qui guide la volonté d’entreprendre, mais bien le fait d’acquérir une forme de liberté, et un épanouissement. Un sondage réalisé à l’occasion du Salon des entrepreneurs de Paris nous apprend que les jeunes, tout comme les cadres, sont motivés à l’idée de créer une entreprise, et ont déjà pensé à cette idée. 51 % des 18-24 ans, ainsi que 50 % des cadres interrogés se disent prêts à créer une entreprise dans le futur. Quelle est leur intention principale en créant une entreprise ?

  • Développer une structure pérenne,
  • Développer un business, pour, ensuite, vendre l’entreprise,
  • Diffuser une idée à un large public.

Voici une preuve que le goût du risque, mais aussi la capacité à se donner, se dépasser, progresser et s’améliorer, n’ont pas d’âge.

Pour en savoir plus sur le portrait robot de l’entrepreneur moderne, consultez l’étude réalisée par TNS Sofres , « Inventeur, conquérant ou bâtisseur, le startuper est heureux ! » ainsi que le sondage de l’institut Think sur le site de l’Agence pour la création d’entreprise (APCE).

Laisser un commentaire